[ Le Wedding Portrait #5 ]

[ Le Wedding Portrait #5]


Julie

«Agence 24 »

Wedding Planner

 

– L A  B I E N V E I L L A N C E  –

J’ai rencontré Julie par un jour de pluie, juste avant le confinement tout ça… Elle m’accueille chez elle ! Dans sa « jungle » de plantes. Et son univers est à son image ! Je m’y sens accueillie, le thé et les petits gâteaux sont prêts, le vinyle tourne, les bougies sentent bon et on s’installe autour de la jolie table basse ! Voilà une première chose qui nous réunit, préférer s’asseoir par terre ! Allez c’est parti … Bonne lecture !

« Le but donc une nouvelle fois, c’est d’être dans la rencontre avec une personne (Julie commence à sourire nerveusement !) Non, on ne se met pas en apnée … ( Elle me coupe, « tu commences à enregistrer déjà ? » Oui .. «  Ah bon très bien, très bien!)

Etre dans la rencontre d’une personne, tant professionnellement que personnellement. Monter son entreprise c’est pas rien comme démarche et du coup l’idée c’est de comprendre un peu ce cheminement. Le but c’est de présenter la personne en tant que telle, celle qui se cache derrière une entreprise. »

Alors, de manière un peu libre, si tu devais te présenter, présenter ton parcours, ton activité, comment tu es arrivée jusque là, tout ça (Elle rigole…) Tu vois c’est très libre comme première question !

Julie : Comment j’en suis arrivée là ? Alors en fait, heu, (elle fait une petite moue et prend une petite voix en haussant les épaules) je suis Julie, petite blondinette, aux yeux verts … (elle rigole)

Non alors, j’ai travaillé dans un autre milieu pendant très longtemps où j’avais (là elle fait un son très bizarre, parce que je commence à la prendre en photo en même temps et du coup elle fait une sorte de « Ahhhhhh , tu me fais peur avec ton truc ! »)

J’ai travaillé dans l’univers de la beauté, ce qui me plaisait beaucoup mais qui a été compliqué, surtout dans les derniers temps. Je côtoyais des gens qui étaient difficiles dans un univers un peu « haut de gamme » et je ne me sentais plus à ma place alors j’ai dit Stop ! A l’époque, j’organise un anniversaire, enfin… mon anniversaire en fait. La fille hyper détachée … (petits rires…!) C’était pour mes 24 ou 25 ans. J’avais préparé un dîner aux chandelles dans le jardin chez mon père, c’était trop mignon et une de mes amies qui arrive tôt me dit « arrête de réfléchir à ce que tu veux faire de ta vie, c’est là ! »

Dès le lundi, je contactais une agence d’évènementiel. La première m’envoie bouler, puis une deuxième qui me dit « ouai on verra » et une troisième qui me dit « bein venez cet après midi si vous voulez ! »

Je souhaitais juste demander des conseils parce comme je lui dis à ce moment là « j’ai l’impression que c’est un jeu, à chaque anniversaire je faisais des surprises, j’imaginais des trucs, des plans etc.» et c’est là que tout a changé.

J’y suis allée, elle m’a donné des dizaines de conseils et elle m’a dit : « Uune des choses les plus importantes que je peux te dire, c’est que si t’en as envie, fais le »

A ce moment là, ça voulait quand même dire, changer de métier, me former, tout ça.
Du coup, je leur demande si elles font des formations et elle me dit que oui mais que c’est pendant trois semaines. Ce qui n’était pas possible pour moi puisque je ne pouvais pas quitter mon CDI sans avoir de job. Elle me dit « bein si tu veux, pendant deux mois, on te fait venir tous les lundis et on te fait ta formation tous les lundis. » Du coup j’allais, incognito faire ma formation dans l’événementiel le lundi et puis le mardi je retournais à mon job, normal, jusqu’au samedi. Ça a duré deux-trois mois comme ça.

A côté, quand j’ai décidé de changer de vie, j’ai quand même posé la question à mon père et à mes sœurs et mon père m’a dit direct « ça te va parfaitement »… Deux trois semaines plus tard, il est revenu vers moi et il m’a dit « ça te dit, on organise mes 50 ans ? Comme ça, on verra » Du coup on a organisé et fêté son anniversaire que j’avais surnommé « le crash test » ! C’était au mois de mars.
Mon père est quelqu’un qui ne fait pas les choses à moitié, c’était sur deux jours, vendredi soir, samedi, soir, dimanche midi… c’était un mariage en fait le truc ! On était 130 … Bel événement.

Je savais qu’à la suite de ça, mes proches pourraient me dire « c’était bien, pas bien, ça ça allait, ça moins etc. ou Retourne à ce que tu faisais, c’est mieux ! » (rires…)

Et puis en fait, ça s’est bien passé, ça s’est super bien passé et là je me suis dit « c’est parti » !

Sauf que là … Je n’arrivais pas à quitter mon Cdi, c’était hyper difficile. On est en 2015, je décide partir fin Mai. Je prends ma Boss entre quatre yeux et je lui avoue que j’ai envie de changer de vie et là, elle me répond « oh bein je m’en doutais » – Ah bon, très bien..
J’ai finalement formé la personne qui m’a remplacée et je suis partie.

Tous les gens avec qui ça avait été difficile, ça m’a enlevé un poids tout de suite, et à côté de ça, tous les gens que je voyais et avec qui ça se passait bien, qui venaient régulièrement parce que c’était moi, ont été là.

Et du coup le premier contrat que j’ai signé quinze jours après avoir arrêté, c’était une de mes clientes. Elle me dit « On veut se marier, est ce que ça te dit de nous accompagner, ce sera en Septembre? » J’ai dit « okay, c’est parti » !

Puis il y en a eu un deuxième, un troisième, ça a été ma première saison et ça avait déjà fonctionné !

Je voulais tellement que tout soit prêt que j’avais tout préparé avant de démarrer. Le site internet, j’avais fait des cartes. Le premier juin tout était prêt. J’ai rencontré une perle à cette époque là, Marine, on était toutes les deux dans une phase de création et elle était juste parfaite pour moi à ce moment là, on a fait le site ensemble. Puis on a recommencé un an et demi après !
Autour de moi, j’avais que de la bienveillance, que des gens qui pensaient que ça allait marcher.

Et c’est comme ça que ça a commencé ! Et voilà, j’en suis là ! Ça fait bizarre d’en parler. Ça passe vite. Sur le coup, quand tu y penses, tu te dis toujours que c’est un petit coup de folie et que t’as à moitié réfléchi à ce que tu faisais ! T’as de fortes chances d’aller dans le mur mais ça raisonnait bien..

Quand j’arrivais pas à quitter mon Cdi, parce qu’aussi beaucoup de gens te renvoient « mais pourquoi tu quittes un CDI », j’ai une amie qui m’a dit « il faut faire les choses parce que toi tu en as envie, parce que tu t’écoutes. Si on te fait un reproche ou qu’on te dit quelque chose, plusieurs fois sur ce que toi t’es en train de faire, écoute le. Si ça vient qu’une seule fois, si c’est quelqu’un qui te lâche un truc, oublie le, l’important ce sont les gens bienveillants autour de toi et c’est eux qu’il faut écouter.

Puis j’ai un tempérament .. je suis têtue quand même… Quand j’ai décidé quelque chose, faut que ça marche… Et j’ai toujours fait comme ça.


Et ça marche bien du coup ?

Oui, je suis contente. Ça s’est développé petit à petit, j’ai pu acquérir de l’expérience et du savoir faire au fur et à mesure des mois et des années. J’ai rencontré des gens géniaux avec qui j’ai pu échanger, avec qui j’ai pu parler de mes angoisses, de comment ça pouvait se passer et ça s’est fait naturellement et petit à petit. Par chance j’avais quelqu’un à côté de moi aussi, ce qui m’a permis de pouvoir me lancer plus sereinement. C’est en partie grâce à ça et grâce à lui, à cette sécurité là que j’ai pu me lancer plus facilement. Ça aide c’est certain.

Bon…Tu vois ça va? Ça se passe bien ?

Oui ça va !

Du coup la suite se passe sous forme de portrait chinois, ce n’est pas une surprise puisque t’en as déjà lu ! Dans l’idée de te découvrir toi en tant que personne dans un premier temps puis toi Julie de l’Agence 24 !

C’est parti…

Si toi, Julie en tant que personne, tu étais un paysage ?

Heu.. Je serai un paysage au bord de l’océan. Un banc. Ma famille est à La Baule et c’est quelque chose qui m’apaise énormément. Etre assise sur un banc ou marcher face à l’océan …

Si tu étais un élément ?

L’eau. Ça a une signification particulière pour moi. Par rapport à mon histoire. J’ai passé toutes mes vacances à la mer, enfant. Mon grand père était marin, il a toujours voulu nous y mettre, mais c’était une catastrophe, on avait pas du tout le pied marin ! Et quand il est parti, on a eu la petite surprise de devoir aller louer un bateau pour aller disperser ses cendres dans la mer en face de la maison.

Mon père, ma tante et ma grand mère l’ont fait et c’est vrai que j’ai un rapport à ça du coup qui est très particulier. Ce qui parfois n’est pas logique, parce que je peux être à la méditerranée et penser à ça ! C’est vraiment l’eau …

Si tu étais un livre ?

Je serais L’homme qui voulait être heureux de Gounelle. C’est le livre qui a changé ma vie en fait. Je l’ai lu en Septembre ou Octobre 2014 et j’ai changé de vie juste après. J’ai beau le relire, il a pas la même saveur maintenant, c’est ça qui est fort !A l’époque il a vraiment eu quelque chose, à ce moment là précis.

Si tu étais un film ?

Elle réfléchit, (je dis « l’homme qui voulait être heureux, le film » Elle rigole en disant « noooooonnnnn » !) Puis reprend … Je sais pas, j’aime plein de trucs. Bohemian Rhapsody/ J’adore ce groupe, j’adore la musique. (Elle ajoute « Ah y a plus de musique d’ailleurs, elle se lève pour mettre la face B du Vinyle !)
Je trouve ça doux et ça raconte la vraie vie des gens et ça j’aime bien. Me dire que derrière chacun d’entre nous et l’image qu’on peut donner – ça aussi ça me perturbe beaucoup aujourd’hui, ces gens qui vont me croiser et me dire « wow, ça cartonne en ce moment ! » je leur dis « pourquoi ? » et ils me disent « j’ai vu sur les réseaux sociaux … » (on éclate de rire ! Ah les réseaux sociaux )

Ces biopics, j’aime bien. J’ai du mal avec l’injustice, j’aime quand on voit les vraies choses.

Si tu étais une chanson ?

Heu… Je serais une chanson de Tash Sultana (j’éclate de rire et je dis en riant, ironique : Oui je connais bien !) « tu connais pas ? C’est vrai ? C’est une chanteuse australienne… Bon j’ai l’habitude, j’écoute toujours des gens que personne ne connait ! Je vais te faire écouter … (je la taquine en lui disant « moi je serais une chanson de Amshouna Bélbou, que tout le monde connait bien sur ! » On rit encore un peu..)
C’est une chanson qui m’a beaucoup marquée. Alors attends où est ce qu’elle est ? Je vais te faire écouter : Harvest Love ! (J’ai ajouté la chanson à ma compli Spotify du coup !)
Harvest Love, c’est la récolte de l’amour.

Si tu étais un super pouvoir ?


Oooh (petit rire) j’essayerais de m’apaiser moi même je crois ! Je fais partie de ces gens qui à l’intérieur peuvent vivre des tsunamis mais à l’extérieur … Poker Face ! Et j’aimerais avoir le super pouvoir de m’apaiser un peu ! Que l’intérieur soit raccord avec l’extérieur !

Si tu étais une qualité ?

Une qualité… La gourmandise ça compte comme qualité ? (elle fait une tête de petite fille en relevant un peu les épaules et en étouffant un petit rire… je l’imite un peu en disant « hihi, j’ai fait une blague ! »)

Heu non.. Une vraie qualité … je pense que je suis empathique. Un peu trop parfois mais je pense que c’est – ou bienveillante, je sais pas – mais c’est ça qui fait que j’ai ce rapport là avec mes clients, je le sens, ils me ressemblent en fait et ils ont toujours ce petit truc qui fait que je me dis « oh c’est mimi »

Oui la bienveillance…

Et si tu étais un défaut ?

Oh ben la gourmandise, c’est vraiment mon défaut.

Non attends je suis têtue aussi. Viens, on met têtue en premier et gourmande après pour contrebalancer un peu.
Je suis très têtue, je le sais …

(Je lui dis que ça peut être une qualité aussi dans certaines situations – elle me dit que c’est gentil de vouloir la rassurer!) Mais ce qui est certain c’est que je serais pas là où j’en suis si parfois je n’avais pas foncé tête baissée.

Ouais têtue…

Si toi, Julie, maintenant par rapport à ton travail et à ton entreprise, tu étais le moment de la journée où tu te sens au max de ta créativité ?

Alors ça aurait été Julie Julie, j’aurais dit autre chose … Ah bon ? Elle aurait dit quoi Julie Julie ?

Oh bein elle aurait dit heu (en riant) « l’apéro » ! Mais je ne suis pas sûre que ce soit ce que mes clients auraient envie de lire … (ils le liront quand même !!! t »as dit qu’ils te ressemblaient de toute façon !)

Julie de l’Agence 24 elle dirait le matin. Je suis assez lève tôt et je peux faire 12000 trucs le matin.

J’adore les journées où on se lève tôt et où on a l’impression qu’elles sont super longues. Comme si il y en avait eu quatre dans la même journée ! Et si possible, je préfère que ce soit le week end. Tu te lèves à 8h et tu te couches à 22h en te disant « wow tout ce que j’ai fait, c’est trop bon »

Et oui, plutôt couche tôt, enfin, ça dépend par qui je peux me faire embarquer !

Si tu étais un endroit qui t’inspire ?

Arriver sur un joli domaine et me dire « c’est là que ça va se passer ». J’adore ce moment où ils ont choisi le lieu et où tu te dis « on va tout envoyer en fait, ça va être là et c’est parti», ça j’adore, imaginez tout ce qui sera possible de faire !

Si tu étais un souvenir marquant dans l’histoire de l’Agence 24 ?

Ce moment où les mariés te demandent de leur apporter le micro, que tu te re mets dans un coin, en mode ninja, parce que tu ne veux pas qu’on voit que tu es là. Et une fois, un marié m’appelle prétextant que quelque chose ne fonctionnait pas, je sais plus trop (il t’a embusqué quoi !) et il me dit donc au micro quelque chose comme « Heu Julie… Voilà, donc Julie, qui est ici et bien c’est grâce à elle que l’on passe une merveilleuse journée, que vous êtes tous là et que tout se passe bien … » Là, je me suis effondrée… Devant tous les invités. Et puis tu sais, le pleur que tu peux pas maitriser, celui où t’as la lèvre qui tremble et tout !

Et ça, ça m’est arrivé plusieurs fois mais lui, il m’a scotché et il y a une relation particulière avec eux maintenant !
Mais ce moment, c’est un moment improbable, tout le monde se tourne vers toi d’un coup et là tu te dis « okay, j’ai fait le job »
J’aime ces moments là, c’est hyper précieux. Tu fais ça pour ça quand même, pour que les gens soient heureux. Y a tellement d’investissement pour eux, c’est leur vie !


Si tu étais une anecdote ?

C’était mon premier mariage, il m’est arrivé quelque chose de très drôle avec Karine. Elle m’appelle la veille et me dit que tout compte fait, la maman va apporter du foie gras. Elle me demande si je peux m’occuper de porter du pain. Je lui dis oui, ok, pas de problème. Sauf qu’en cette veille de mariage, où tu fais dix mille trucs, je n’ai pas marqué le « peux tu aller prendre du pain »  sur ma liste de choses à faire! Oooos …
Le mariage se passe, tout est super ! Mariage sur une péniche, tout le monde arrive et là le marié me dit « tiens le foie gras » (Elle glousse…) « Le – foie – gras » ! et là je dis à la photographe « y a une boulangerie pas loin ? »

Nous voilà donc parties chercher une boulangerie…
Mais le problème avec les péniches … (c’est la péniche…?) c’est qu’à un moment donné, elle part sur l’eau ! …
Je sais même pas si je leur ai déjà raconté l’anecdote à eux deux tellement c’était improbable !

Mais me voilà en train de courir, il était quoi ? 19H30… facile le stock des boulangers à cette heure là. Je trouve finalement un boulanger et je lui dis « je vais prendre T O U T ce que vous avez ! »

Bon, un peu le stress sur le moment ! Je pouvais pas me noter ça sur ma petite liste… Ou me faire une croix sur la main, comme à l’école ! Quoique non, la croix, j’aurais plus sû ce que c’était je crois… J’aurais pu me dessiner une baguette remarque ! (Elle se marre...)

Je crois que je leur ai même pas raconté ! Alors si ils le lisent, ça va beaucoup les faire rire ! (on veut savoir!)

Si tu étais un fou rire ?

(Elle commence à répondre en riant déjà!) Alors, j’en ai tous les jours, ça va être compliqué parce que je passe ma vie à me marrer ! On peut pas faire une photo de moi sans que je sois en train de me marrer ! Sur les photos de famille, je suis toujours celle tu sais qui a la gueule déformée parce qu’elle a pris un fou rire, elle est contente ! C’est insupportable, je m’auto fatigue !
Voilà … Donc si j’étais un fou rire ce serait tous les jours !

(En même temps c’est pas mal, vaut mieux ça plutôt qu’être celui de la famille qui fait toujours la gueule !)

Je pense que ça doit pas être toujours facile pour mes collègues ou autre, mais moi je le vis plutôt bien ! Pour avoir eu un fou rire avec toi qui a duré plusieurs mois … hein !?

(Je vous passe le fait que là je lui sors une chanson de la reine des neiges où Olaf cherche dans la forêt ses copines Anna et Elsa et qu’il appelle une « Samantha » Private Joke ! Zafira Forever ! Et là c’est reparti, je la reperds dans ses rires !)

Si tu étais une mauvaise habitude ?

Une mauvaise habitude ? Je sais pas … ça peut être quoi une mauvaise habitude ?

(je lui énumère quelques trucs!) elle réfléchit ! (J’en profite pour la prendre en photo, ce qui l’a fait éclater de rire ! Elle me dit « mais attends je me mange les peaux là ! Tu peux pas me prendre en photo quand je mange mes peaux ! » et je lui réponds « mais si, parce que quand tu te manges les peaux ça te donne un côté pensif ! Après le Penseur de Rodin, le bouffeur de peau de Julie !)

Bon on en était où ? Charlotte ça va durer quatre heures ton truc !

Alors Une mauvaise habitue ? J’achète trop de plantes ! ç’en est une ça ?


Heu… Une mauvaise habitude ? Je suis pas forcément en retard … – Après si t’en as pas, t’en as pas – Si, surement, mais je cherche, je cherche ! Tu me mets face à mes failles là ! Je cherche MA mauvaise habitude ! Je suis sûre en plus que j’avais à côté de moi Audrey ou Yann, mes collègues, ou même mes copines, ils me diraient « Mais Julie, quand même… » 

Je lui propose d’utiliser le coup de fil à un ami …

«  Vraiment on peut faire le coup de fil à un ami ? » – Mais grave !

Alors quelle heure il est ? – Qui est disponible, un jeudi à 14H30 ?

Si, j’ai ma meilleure amie mais elle est au Québec ! On va essayer de l’appeler …

Donc là ça sonne … (j’ai l’impression d’être dans les pas de Jean Pierre Foucault, j’adore!)

Après quelques sonneries, on entend tout à coup une petite voix répondre en chuchotant :

« ça va ? » – Elle est dans le salon de copains à elle chez qui elle a dormi la veille et en gros elle a répondu au cas où se soit quelque chose de grave (Donc là on sourit … forcément!)

En fait c’est pas grave du tout mais je suis en train de me faire interviewer par Charlotte, une photographe qui me pose des questions par rapport à mon travail et elle me demande quelles sont mes mauvaises habitudes … On s’est dit qu’on allait faire l’appel à un ami… Du coup c’est quoi mes mauvaises habitudes ?


Elle répond « Oh je sais pas  … » (Attention, y a 30 secondes chez TF1 hein …)

Elle reprend… « Je sais pas, à part le fait que tu veux tout contrôler … »

Imaginez la petite tête de fautive de Julie qui se dessine à ce moment là et qui dit « Ah ben oui, voilà ! » (mais en vrai dans sa tête il y a plutôt « merde c’est vrai » !)

Bon c’est validé … Une Embrassade et raccrochade plus tard …
Julie reprend : Elle a déjà travaillé avec moi donc elle me connaît dans le travail ..

Tu veux en dire quelque chose un peu peut être ? (On rit…)

Ben oui c’est vrai, j’ai la fâcheuse tendance de vouloir un peu tout contrôler mais je me rends compte en vieillissant, malgré mon très jeune âge bien sur (elle grimace en disant ça !), qu’il y a des choses qu’on ne peut pas contrôler… Je fais un gros travail sur ça et sur moi depuis quelques temps.

Parfois tu as des gens en face de toi que tu ne peux pas changer. Ils ne réfléchissent pas comme toi, ils ne sont pas comme toi et du coup j’essaye de m’adapter mieux ! Et ça aide de se dire « là c’est pas possible, lâche » Et du coup, tu lâches. Bon ça aide, un peu, pas toujours hein ! On en est au début du travail !

Si tu étais quelque chose dont tu es fière  par rapport à ton Agence?

Son parcours. Je trouve ça bien. Je suis contente de comment ça a évolué. Même si c’est tout petit, mais je trouve qu’à sa juste taille, je suis contente. Ça pouvait pas être mieux pour moi en fait. Si ça devait s’arrêter là, je me dirais « c’était bien, je suis contente »


Si tu étais ce que tu préfères le plus dans ton travail ?

Ce que je préfère le plus ? Le petit regard des mariés quand ils s’installent à table, qu’ils voient la salle. Ce moment où je sens qu’ils décompressent et que ça y est …

J’adore ce moment. J’arrive toujours à avoir un regard d’au moins l’un des deux ou un petit pouce qui se lève et qui dit « c’est nice » ! J’aime bien ce moment là.

Si tu étais quelque chose qui peut être difficile dans ton travail ?

Heu… Celles qui ont passé du temps avec moi cet été pourraient te dire « le manque de nourriture ». Je peux passer des week ends entier à jeuner.
Non, le plus difficile c’est de gérer le stresser que peuvent avoir les mariés par rapport à leurs invités. L’angoisse que vont mettre certains proches sur eux alors que … ça va en fait !


Si tu étais quelque chose que tu aimes que les mariés, retiennent de votre collaboration ?

Juste que je me suis bien occupée d’eux et que je les ai écouté. Pour moi, ça veut dire que j’ai fait mon travail !

Si tu étais un conseil pour un couple de futurs mariés ?

Elle rigole en prenant une petit voix «  Alors on va pas dire  Ne vous mariez pas » ! (Eclats de rires!) La blague de Wedding Planner qui a de l’humour, elle ajoute « J’adore l’humour » !

C’est le chef chez Violette qui dit ça, ça me fait marrer ! (Coucou Cedric !)

Non, LE vrai conseil ce serait :

Laissez vous guider et faites nous confiance ! Parce que c’est une des choses qui nous permet de faire le mieux notre travail en fait, qu’on nous fasse confiance !

Si tu étais un gros mot ?

Elle éclate de rire ! Alors, j’en dis très peu (avec sa petite tête !) Non, en vrai j’en dis beaucoup quand je suis énervée …

Le facile Putain, le classique… il sort bien ! Il a une petite consonance Sud ouest donc ça fait presque partie du vocabulaire ! Il sort facilement ! Je le dis un peu comme mon père d’ailleurs, avec les dents serrées « P’taiiiiin » ! (Je le vois bien!)

Si mon père lit ça il va rire et il va dire « P’taiiiiiin… »


Si tu étais une citation, une devise, un slogan ?

J’en ai vu une il y a pas longtemps qui m’a beaucoup plu et que j’ai oublié bien sur ! C’était un truc du genre « Qu’on choisit sa vie en fait » Tu vois ? (j’éclate de rire ! Bien sur oui, je vois très bien ! le « tu vois ? » est magique ! Alinéa 4 dans Citations et proverves, bien sur je l’ai : « on choisit sa vie en fait » !)

Elle répète « tu vois ? » Je vais te la retrouver tu vas voir !

Puis elle reprend : J’adore « on est jamais mieux servi que par soi même » en fait ! (j’éclate de rire et je lui dis « dit celle qui adore tout contrôler quoi ! ») Fou rire général) !

« Mais c’est exactement ça ! »

Honnêtement celle là … Valeur sûre ! C’est pas mon crédo, mais pas loin !

Je vais te la retrouver l’autre attends ! Je sais pas si c’est pas Coco Chanel qui a dit ça ! J’admire tous ces artistes …

Elle cherche …


Voilà c’était ça : « La beauté commence au moment où vous décidez d’être vous même ! » (J’éclate de rire en lui disant que j’attendais le « choisir sa vie » !)

En fait je me rends compte que même dans mon travail c’est quelque chose qui fonctionne parce qu’à partir du moment où les gens te font confiance – Elle s’arrête « Hey t’es en train de me prendre en photo dans MA table !!!! » OK, je reprends, à partir du moment où les gens me font confiance, à partir du moment où ils se disent « avec Julie ça va le faire » le champ des possibles devient incroyable ! Et oui, c’est important …

Et Si tu étais un Hashtag ?

Ça me gave les Hashtag ! Je communique, j’essaye de communiquer énormément sur les réseaux sociaux, parce que c’est important, je me rends compte que beaucoup de clients et partenaires me trouvent comme ça donc c’est important mais … « ça me fait chier ! » J’ai l’impression que tu partages une image alors que derrière y a tellement de travail, d’émotions.

(C’est aussi pour ça que j’ai eu cette envie d’interview ! Pour aller plus loin et aller au delà de toutes ces petites images !)

Est ce que tu as envie de raconter quelque chose de plus ?

Je suis censée dire quoi ?

Je pense que je fais ça aujourd’hui parce que j’avais besoin de liberté, besoin de faire quelque chose par moi même. Peut être pour me prouver à moi même que je pouvais le faire aussi !

L’ampleur que ça prend (toute raison gardée hein !) Pour moi c’est déjà beaucoup. C’est au delà de mes espérances. Que ce soit le côté Mariage ou pro, travailler pour Mademoiselle Violette, travailler pour d’autres gens. Je me rends compte que ce monde de la Free lance peut être difficile parfois parce que t’es seul, face à tes problèmes, tes clients, mais parfois dans certains moments de vie, tu te rends compte que t’as une force, tu sais pas d’où qui te permet de tout déchirer en fait. Puis t’as des gens qui te portent. T’es pas vraiment seul finalement. Tu fais des rencontres, tu découvres des gens bienveillants alors que tu les as vu que peu de fois, comme toi, tu vois.. Je saurais pas expliqué mais c’est pour tout ça que je me dis « Mais qu’est ce que j’ai bien fait » Tu vois ? (oh oui!) de découvrir cette liberté que tu as, ce lien que tu crées avec les gens qui est juste vrai puisque chacun décide de s’apporter quelque chose. Pour moi, c’est génial ! C’est la meilleure vie que j’aurais pu imaginer pour moi.
(Je lui dis que c’est joli… elle me répond timidement avec sa petite moue « merci… »)

ça va ?

Ah je me sens mieux !

Par exemple, chez Violette, j’ai fait des rencontres incroyables et ça me porte parce qu’aujourd’hui c’est grâce à ces personnes que je vais pouvoir développer l’agence aujourd’hui parce qu’elle a besoin d’être développée et que je me suis rendue compte que dans certaines situations, seule c’est pas possible. Et toutes ces personnes là autour de moi, qui gravitent, elles apportent tellement de positif. Ça, ça me porte ! Et ça me permet d’avoir autant la niaque ! De continuer, d’avancer !

On en a dit des choses hein ! Olala …

Elle termine, en riant, bien sur et en disant « Rires diaboliques, gni gni gni gni »

Le petit mot de Charlotte :

Je pense que je ne peux pas vous parler de Julie sans commencer par un détail et pas des moindres : son rire !

Julie est ce genre de personnes (dont je fais partie également) qui peut rire de tout, tout le temps, à n’importe quel moment ! Genre, tu dis fourchette et oui, ça peut déclencher un fou rire ! Parce qu’une intonation, parce qu’un détail et parce que tout simplement, je pense qu’elle fait partie de ces gens qui décident de rire pour et malgré tout ! Lorsque l’on shootait, je lui ai dit que j’adorais comment elle riait en lui disant « tu sais j’adore les gens qui ont des rires heu… Corporels », ça nous a perdu ! Mais c’est vrai, il y a un espèce de petit balancement vers l’arrière qui fait un bien fou visuellement à celui qui partage cette envie de joie et de bonne humeur !

Maintenant que ça c’est posé, allons plus loin.

Julie, je ne la connais pas depuis bien longtemps et ce n’est pas grâce à l’univers du mariage que je l’ai rencontrée au départ mais parce qu’elle est aussi chef de projet chez Mademoiselle Violette et notre première rencontre a eu lieu dans une maison beaucoup trop peuplée d’éléphants dans la campagne d’Agen … Les premiers rires partagés ! Je la revois pleurer devant un plat de pâtes bolo !

Et puis derrière, petit à petit, j’ai appris et j’apprends à la connaître davantage ! Derrière tous ces rires, il y a énormément de pudeur, de discrétion, de douceur et de bienveillance, oui, c’est certain.

Julie a cette voix calme et apaisante et une tendresse qui fait que ses mots nous portent, nous rassurent et nous donnent confiance, en elle d’abord et puis aussi en tout le reste.
C’est le genre de personnes qui ne parle pas pour ne rien dire, qui ne parle pas pour du mauvais. Le genre de personnes qui met en avant le bon et laisse le reste de côté.

En tant que Wedding Planner donc, elle a pour moi tous les « plus » pour accompagner des futurs mariés. Capable d’absorber toutes les tempêtes et de les transformer en une toute petite pluie fine, vous savez, de celles qui laissent apparaître les arc en ciels, et donnent le sourire aux lèvres ; elle porte sur ses épaules et de manière totalement naturelle, son entreprise, ses partenaires, ses mariés et toutes les interrogations qui peuvent aller avec le tout avec beaucoup d’élégance et de classe !

 » Je m’appelle Julie, petite blondinette aux yeux verts » a t-elle commencé l’interview. Je continuerai en disant « au coeur gros comme ça (imaginez moi avec les bras tendus à la verticale !) au regard bienveillant, au professionnalisme impeccable, humble, calme et à l’écoute, toujours …

C’est une chance de l’avoir rencontrée et de pouvoir imaginer de nouveaux projets à ses côtés ! 

 

 

Pour en savoir plus sur Julie & l’Agence 24 :

Direction 

Le site internet :

www.agence24evenementiel.fr

Le compte Instagram :

@agence.24

La page facebook : 

Agence 24 


Et par mail & phone :

agence24evenementiel@gmail.com /  06 78 43 55 16





Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *